MES CHEVEUX SAUVÉS PAR LE BIO!

partager c'est informer - À votre tour

Asphyxiés par la pollution, grignotés par les UV, saturés par la pétrochimie, nos cheveux rêvent de nature. Soins verts, colos écolos et formules bio pour leur donner un nouveau souffle, un super-volume et une texture brillante... Tout simplement.

 

Par Sylvie Charier

 

LE CHEVEU : UN ORGANISME VIVANT EN SYMBIOSE AVEC LA TERRE.

 

Avoir la main verte pour ses cheveux, c’est une vraie tendance... Et un marché en plein développement. « L’attrait pour le végétal ne date pas d’hier. Il s’affirme même d’année en année, et c’est totalement justifié », confirme Patrick Alès qui, depuis les années 60, ne cesse d’inventer des recettes phyto. Logique, puisque le cheveu est un organisme vivant, en parfaite affinité avec ce qui vient de la terre.

 

Allier le meilleur de la technologie à la puissance des ingrédients botaniques, c’est le credo de la célèbre marque made in USA, Biolage de Matrix – qui vient de rejoindre le groupe L’Oréal : « Des produits "naturels" haut de gamme, efficaces et respectueux de la nature, qui répondent vraiment aux désirs des femmes et à l’attente des coiffeurs », explique Hugo Kunetz, directeur de L’Oréal Produits Professionnels. 

 

Dans la nouvelle ligne capillaire de Nivea, on mise aussi sur des protéines de riz, fleurs de lotus et de magnolia, extraits de grenade ou encore huile de babassu. Des ingrédients naturels formulés sans silicones qui offrent cependant un toucher particulièrement doux et agréable. 

 

Jean-François Lazartigue nous propose une ligne Pur Végétal, 100 % à base de plantes, avec pour seuls conservateurs de l’huile essentielle d’orange et de pamplemousse. 

 

L’univers végétal reste un formidable champ d’investigation. « Mais attention, il ne suffit pas d’ajouter quelques microgrammes d’extraits de plantes ou une demi-goutte d’huile essentielle pour revendiquer l’appellation "végétale" », insiste Jean-Marie Greyl, chez Leonor Greyl, marque pionnière en la matière. 

 

 

Les spécialistes sont unanimes : élaborer des produits à base de plantes ne s’improvise pas. Trouver les bonnes espèces, savoir en tirer la substantifique moelle et réussir à les associer dans des formules confort, puis prouver leur innocuité et leur efficacité exige un réel savoir-faire et peut demander des mois, voire des années de mise au point. Idem pour les produits capillaires « bio », dont la cote ne cesse de grimper. Surtout depuis que les parabens sont – à tort ou à raison – dans le collimateur de nombreux consommateurs.

LA FILIÈRE BIO

 

« Hier encore, ce qui était un achat réservé aux militants de leur corps tendance écolo est aujourd’hui une nouvelle façon de consommer », explique Bernard Chevilliat, président des cosmétiques bio Melvita, créés en 1983. 

 

La différence avec « les soins verts » ? Les bio purs et durs s’affichent comme non toxiques, sans paraben, sans silicone, biodégradables et non testés sur les animaux. « Chaque produit certifié doit comprendre 95 % d’ingrédients d’origine naturelle, dont 10 % d’origine bio », précise ce pionnier. Une charte qui doit être respectée à la lettre si l’on veut avoir une chance d’entrer dans ce club encore très fermé (environ 140 marques) des produits au label « Certifié bio ». Affiché clairement sur les packagings qui sont, eux aussi, « bons pour l’environnement », ce dernier a pour objectif, entre autres, de permettre à l’acheteur de s’y reconnaître. Et qu’ainsi, d’un geste, on puisse prendre soin de soi et de la planète.

SOINS BIO : FAITES UNE PAUSE NATURE

 

Judicieusement associés, les extraits de plantes agissent en synergie pour répondre avec précision aux besoins multiples des cheveux. Sans artifice et respectueux de leur nature. 

 

• Des baumes au beurre : riches en acides gras essentiels, ces masques denses et généreux remettent d’aplomb cheveux secs et cassants. Laisser poser entre 5 et 15 minutes sous serviette chaude avant de rincer.

 

Pour les cheveux colorés : des extraits de tournesol et de citronnelle associés à des protéines de soja préservent l’éclat de la couleur, hydratent la fibre et lui apportent de la vitalité. 

Soin Revitalisant Protecteur Colorthérapie Biolage de Matrix.

Notre outsider : 100 % végétales, écologiques et dotées de noms de fées (Zélie, Edenne, Maïalen, Peroline Audrina et Céliande), elles s’ajoutent au Bain Cristallin et au Masque Cachemire pour en faire des soins à la carte. Potion Aromatique de Romain Colors, 12 euros.

 

• Les avant-shampooings : des produits bourrés d’actifs qui se faufilent sous les écailles du cheveu pour le requinquer et font barrière contre l’agression du calcaire. Laisser agir une heure minimum ou une nuit. 

 

Notre sélection : 

Crème de Soin à l’Huile de Palme et Fleurs d’Oranger de Wilfried, 29,90 euros ; 

Masque Avant-Shampooing à l’Huile Essentielle d’Orange de J.F. Lazartigue, 38 euros ;

Soin Pré-shampooing Murumuru de Natura, 16 euros.

Notre outsider : composé d’huiles essentielles de gingembre et de citron, il crée un chaud et froid qui fortifie les cheveux fins et fragiles. A appliquer sur le cuir chevelu avant chaque shampooing. Revitalizing Elixir So Pure de Natural Balance, 13,50 euros.

 

• Les après-shampooings : pour une mise en beauté express, on ne les pose que sur les longueurs et on démêle avec les doigts avant de rincer. 

 

Notre sélection : 

Après-Shampooing Jojoba Guimauve du Dr. Hauschka pour ses vertus calmantes sur le cuir chevelu, 14,50 euros ; 

Après-Shampooing Brillance Olive de The Body Shop, pour son huile d’olive issue du commerce équitable, 11 euros ; 

Crème De Stress Muesli & Yogurt Well-Being de Davines, pour ses sels minéraux et ses oligo-éléments, 13,40 euros ; 

La Crème Doudoune de Hip pour le babassu, venu d’Amazonie, qui préserve une bonne hydratation du cheveu, 32 euros. 

 

• Les sérums : ils lissent les écailles et apportent un maximum de douceur et de brillance aux pointes sèches. A appliquer sur cheveux humides ou secs. 

 

Notre sélection : 

Eclat Sérum Réparateur Cheveux de Forest People, pour ses huiles végétales et ses huiles essentielles agréées Nature et Progrès, 20,50 euros ; 

Sérum Réparateur Karité de René Furterer, 18 euros ; 

Crème de Jour Phyto 7 des laboratoires Phytosolba, un best of 100 % naturel, 12 euros.

 

SHAMPOOINGS : ÇA MOUSSE PEU ? C’EST BIEN MIEUX !

Les idées reçues ont parfois la vie dure : une montagne de mousse ne veut pas dire que les cheveux sont lavés plus doux et mieux. Au contraire, ce qui fait mousser, ce sont les tensio-actifs qui, à la longue, peuvent se montrer un peu trop agressifs envers le cuir chevelu. La bonne gestuelle : très concentré en actifs, inutile d’en mettre des tonnes. On le répartit sur la tête, puis on émulsionne avec un peu d’eau tiède, tout en travaillant son cuir chevelu du bout des doigts. 

Commentaires : 0 (Discussion fermée)
    Aucun commentaire pour le moment.